THÉRIAQUE


THÉRIAQUE
THÉRIAQUE

THÉRIAQUE

Ancien remède, la thériaque doit son nom à sa propriété de combattre les effets des morsures de bêtes sauvages (thériaké , de thèr , bête sauvage); son utilisation débuta au Ier siècle. On prétend qu’inventée par Mithridate, elle fut vulgarisée par Andromaque, médecin de Néron. Galien en donna une formule qui subit ultérieurement bien des changements, mais le remède comprit toujours de la chair de vipère et les extraits d’une soixantaine de plantes, préparés en «électuaire polypharmaque». Cette préparation de la thériaque était une véritable cérémonie publique, d’abord réservée aux pharmaciens de la république de Venise, puis, à partir du XVIe siècle, aux collèges de pharmaciens de Lyon et de Paris, opérant sous surveillance rigoureuse et en présence des notables de la ville.

Ce remède type, appelé triacle au Moyen Âge, rétabli dans son nom de thériaque à la Renaissance (dans la traduction de Dioscoride en 1559), fut souvent l’objet d’indications variées. Avant de disparaître à la fin du XIXe siècle, la thériaque était connue comme un stomachique.

thériaque [ terjak ] n. f.
• 1478; tiriaque XIIe; lat. méd. theriace; gr. thêriakê, de thêrion « bête sauvage »; a. fr. triacle
Méd. Anc. Électuaire contenant de nombreux principes actifs (dont l'opium), qui était employé contre la morsure des serpents. « Ma langue est une vipère qui porte le venin et la thériaque tout ensemble » (Cyrano).

thériaque nom féminin (latin theriaca, du grec thêriakê) Médicament utilisé autrefois par voie buccale et en applications cutanées comme antidote des poisons les plus divers (morsures venimeuses).

⇒THÉRIAQUE, subst. fém.
PHARMACOL. Préparation connue depuis l'Antiquité, contenant plus de cinquante composants appartenant aux trois règnes de la nature (parmi lesquels une dose assez forte d'opium) et ayant des vertus toniques et efficaces contre les venins, les poisons et certaines douleurs. Synon. vx mithridate. Le peuple et les gens de campagne, qui n'ont égard qu'à l'éruption, ont recours aux remèdes échauffans; le vin, la canelle, la thériaque sont les moyens qu'ils mettent en usage (GEOFFROY, Méd. prat., 1800, p. 64). Comme l'opium paraissait miraculeux quand l'étrange et infecte thériaque, assaisonnée de crânes de vipères séchés, ou l'orviétan, stupéfiait le Moyen Âge! (R. SCHWARTZ, Nouv. remèdes et mal act., 1965, p. 12).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694, 1718: theriaque, dep. 1740: thé-. Étymol. et Hist. 1176-81 tirïasque « électuaire opiacé qui était employé contre la morsure des serpents » (CHRÉTIEN DE TROYES, Chevalier Charrette, éd. M. Roques, 1475); ca 1256 triacle (ALDEBRANDIN DE SIENNE, Régime du corps, éd. L. Landouzy et R. Pépin, p. 153, l. 16); 1460 tiriacle (A. N. JJ 189, pièce 476; Duc., Thiriaca ds GDF. Compl.); 1553 theriaque (P. BELON, Observations, II, 91 ds R. Philol. fr. t. 43, p. 204). Empr. au lat. méd. theriaca « même sens », gr. fém. subst. de l'adj. « qui concerne les bêtes sauvages, bon contre les morsures des bêtes sauvages », dér. de « bête féroce ou sauvage ».
DÉR. Thériacal, -ale, -aux, adj., vx., méd., pharmacol. a) Qui contient de la thériaque. Eau thériacale. (Dict. XIXe et XXe s.). b) Qui a les propriétés de la thériaque (Dict. XIXe et XXe s.). [], plur. masc. [-o]. Ac. 1694, 1718: theriacal, dep. 1740: thé-. 1res attest. a) ca 1426 vertu tiriacale « qui a les propriétés de la thériaque » (OL. DE LA HAYE, Poeme de la grant peste, 2650 ds GDF. Compl.), 1559 medecines theriacales (DIOSCORIDE, trad. M. Mathée, 263a ds H. VAGANAY ds Rom. Forsch. t. 32, p. 172), b) 1830 « qui contient de la thériaque » (Encyclop. méthod. Méd. t. 13); de thériaque, suff. -al.
BBG. — GALL. 1955, p. 205.

thériaque [teʀjak] n. f.
ÉTYM. 1553; tiriaque, v. 1175; lat. médical theriace, grec thêriakê, de thêrion « bête sauvage »; anc. franç. triacle.
Méd. Anciennt. Électuaire opiacé qui était employé contre la morsure des serpents. Mithridate.
0 (…) Ma langue est une vipère qui porte le venin et la thériaque tout ensemble (…)
Cyrano de Bergerac, le Pédant joué, V, 5.
DÉR. Thériacal.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Theriaque — Thériaque Thériaque : Illustration du Tacuinum sanitatis La thériaque (appelée θηριον par les Grecs) est un célèbre contrepoison décrit pour la première fois par Andromaque, médecin de Néron. Autre appellation : Mithridat, du Roi… …   Wikipédia en Français

  • Thériaque — Thériaque : Illustration du Tacuinum sanitatis La thériaque (appelée θηριον par les Grecs) est un célèbre contrepoison décrit pour la première fois par Andromaque, médecin de Néron. Autre appellation : Mithridat, du Roi Mithridate qui s …   Wikipédia en Français

  • theriaque — THERIAQUE. s. f. Composition medicinale, qui qui est faite avec de la chair de vipere & plusieurs autres ingredients, & que l on donne pour fortifier le coeur, & pour servir d antidote contre le venin & le poison. Excellente theriaque. theriaque… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • thériaque — (té ri a k ) s. f. Terme de pharmacie. Electuaire très composé, ainsi appelé parce qu on le regardait comme un spécifique contre toute espèce de venins et de serpents ; on en fait remonter l origine jusqu à Andromaque, premier médecin de l… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • THÉRIAQUE — s. f. T. de Pharm. et de Médec. Médicament en forme d opiat, dans la composition duquel il entre un grand nombre de substances, qui est stomachique, et qu on a cru propre à guérir de la morsure des animaux venimeux. Thériaque de Venise. Une prise …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • THÉRIAQUE — n. f. T. de Pharmacie Il s’est dit d’un Médicament en forme d’opiat, dans la composition duquel il entrait un grand nombre de substances et qui était employé comme stomachique et contre les morsures venimeuses. Thériaque de Venise. Une prise de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Opiat Salomon — Thériaque Thériaque : Illustration du Tacuinum sanitatis La thériaque (appelée θηριον par les Grecs) est un célèbre contrepoison décrit pour la première fois par Andromaque, médecin de Néron. Autre appellation : Mithridat, du Roi… …   Wikipédia en Français

  • Christophe Glasser — Moyse Charas Pour les articles homonymes, voir Moyse. Moyse Charas …   Wikipédia en Français

  • Moyse Charas — Pour les articles homonymes, voir Moyse. Moyse Charas …   Wikipédia en Français

  • Moïse Charas — Moyse Charas Pour les articles homonymes, voir Moyse. Moyse Charas …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.